Souvenir de douceur

En faisant le collage spontané avec des images de douceur (proposé dans "printemps, le temps de la douceur (1)), j'ai constaté qu'il me suffisait de porter mon attention sur des images empruntes de bienveillance, d'enfance ou de lumière pour me sentir intérieurement détendue, comme un peu illuminée de l'intérieur.

 

Et si cette douceur que nous pouvons parfois ressentir à l'intérieur de nous était capable de diffuser autour de nous ?

 

Et si la diffusion de cette douceur était agissante sur notre environnement ?

 

 

 

Pour introduire cette seconde proposition, j'emprunte à Françoise Dorn  une citation de Paulo Coelho avec laquelle elle introduit son dernier livre : "Le temps de la douceur"

 

 

 

Ce n'est pas le marteau qui a rendu ces pierres si parfaites mais l'eau,

 

avec sa douceur, sa danse et sa chanson...

 

Où la force ne peut que détruire, la bonté, elle, peut sculpter. (P. Coelho)

 

 

 

 

 

 Je vous propose aujourd'hui de vous reconnecter avec votre âme d'enfant, à votre passé ou à vos souvenirs pour y chercher des expériences relationnelles de douceur. 

 

De l'écriture spontanée non linéaire pour revivifier nos souvenirs

 

La douceur, c'est comme le vélo : c'est en l'expérimentant qu'on l'apprend et, une fois, qu'on y a gouté, on ne l'oublie plus.

 

Aujourd'hui, nous partons à la recherche de ces moments où nous avons rencontré des personnes qui nous ont permis de savourer le goût de la douceur. Parfois d'ailleurs nous pouvons ne pas nous en rendre compte quand nous sommes avec elles. Ce n'est qu'après coup que nous  en prenons conscience .

 

Installé confortablement, avec un peu de temps devant nous pour ne pas être dérangés, nous pouvons commencer :

 

   Au centre, c'est vous.

 

Autour de vous,  les personnes auxquelles vous pensez lorsque vous évoquez la douceur. 

 

 Votre lien avec ces personnes est actuel ou passé, peu importe, il suffit qu'il soit empreint de quelque chose qui évoque la douceur... un(e) ami(e), un père, une mère, un grand-père, une grand-mère, une rencontre de passage, un maitre, un(e) collègue .....

 

L'écriture spontanée va permettre de revivifier nos souvenirs et de les mettre en mots

L'écriture spontanée, c'est à dire non réfléchie, non censurée, non organisée, est intéressante car elle nous ouvre souvent à un monde de ressentis, d'impressions, d'émotions, de couleurs, de poésie... Il suffit de suivre et laisser s'écouler le flots des mots qui se forment en nous sans raturer, sans se relire avant d'avoir terminé d'écrire, sans se donner d'autres objectifs que d'écrire pendant un temps déterminé. Cette manière de faire, s'autoriser à écrire tout ce qui nous passe par la tête, sans juger de la pertinence de ce qui se présente, en osant même écrire "Je n'ai plus rien à dire" lorsque l'inspiration cesse, est un des "sentiers" que j'affectionne. Il permet d'ouvrir la voie, avec l'habitude,  à un petit ou grand un souffle de liberté .

 Comment faire ? 

En utilisant la spirale ci-contre (vous pouvez l'imprimer ou simplement la dessiner).

Au centre, vous placez une des personnes"Douceur" avec qui vous avez été ou êtes en lien.   

Ecrire dans la spirale va vous permettre de vous approcher d'elle et de laisser remonter les souvenirs de la manière dont elle vous a donné de la douceur.

Pour m'aider à commencer à écrire à l'entrée de la spirale, j'utilise un début de phrase comme " J'ai 10 ans, c'est l'été et je me souviens........." ou alors "Nous étions en Mormandie, je venais d'avoir 20 ans et je me rappelle ...

 

Cela peut donner quelque chose comme ....

 

Je le fais pour chacune des personnes, puis je relis ce que j'ai écrit en surlignant quelques mots ou morceaux de phrases qui me semblent signifiants pour parler de la douceur.

 

Pour finir, il me suffit de "faire la récolte" de tous ces mots qui me parle de douceur

et de les rassembler dans un petit texte évocateur de ce qui en est la nature et l'arôme.

Bon voyage au pays des doux souvenirs !

Tu es là, tout est bien

Tu écoutes sans te lasser, souriante, paisible

En attente

Brise légère, cocon paisible et lumineux

Poème du plus loin, du plus haut

Ambiance, comme un souffle d'air rafraichissant

Un mot, puis un autre, prenant leur temps

Caresse sur le cœur et sur l'âme

Un ailleurs où les mots chantent, hors du temps

Auprès de toi oser se dire, oser montrer

        ce qui a besoin de cet écrin pour apparaitre

Infinie espérance de ton appel

Consolation

 

 

... cet instant qui passe, sourire aux lèvres,

je le consacre à simplement VIVRE...
soudain consciente d'un présent insoupçonné.
 
Simple gratitude.
Ce pour quoi je suis faite...
juste là, dans le seul présent auquel je m'abandonne doucement,
en me laissant façonner.
 
Retour à la douceur et à la tendresse
(video du renard avec l'écureuil)
de cette vie présente au-dedans de moi...
ma nature même !
"Nature" éternellement mendiante de notre attention,
aussi ténue soit-elle...
pour se déployer plus avant
si place lui en est laissée !"